Arrangement Provisoire est née en 2007 à Lyon.

Dans son évolution Arrangement Provisoire a fait le choix de la mutualisation. Aujourd’hui son équipe, ses outils de travail et son expérience sont au service de deux projets singuliers et complémentaires. Vania Vaneau –Sao Paulo, 1982- et Jordi Galí –Barcelone, 1980- danseurs et chorégraphes, mènent au sein d’Arrangement Provisoire leurs créations. Chacun y déploie son écriture propre, tout en partageant leur savoir-faire tant dans la réflexion comme dans l’élaboration de leurs projets.

En 2016 ils ont été nommés ensemble Artistes Associés au CDC-Le Pacifique de Grenoble. Sous proposition de la fondatrice du Pacifique Christiane Blaise ce projet sera construit pendant trois ans main dans la main avec Marie Roche, nouvelle directrice du CDC de Grenoble.

Ainsi en 2016 Arrangement Provisoire peut se revendiquer pleinement porteuse des projets de création et pédagogiques de Jordi Galí et Vania Vaneau.

À eux deux ils sont en tant que danseurs, déjà riches d’expériences professionnelles. Ils ont travaillé avec des artistes de renommée internationale tels que Anne Teresa De Keersmaeker, Wim Vandekeybus, Maguy Marin, Christian Rizzo ou Yoann Bourgois, entre autres.

Auteurs au sein d’Arrangement Provisoire, ils ont déjà crée une dizaine de pièces. Entre 2008 et 2015 Jordi Galí a crée principalement les spectacles : T, Ciel, 22 Cailloux, Abscisse et Maibaum. Il est actuellement en phase de préparation d’un nouveau projet qui verra le jour en 2018. Vania Vaneau a crée en 2014 le solo Blanc, pièce qui a reçu en 2015 le Prix SACD-Beaumarchais. Et elle est actuellement en création d’ Ornement en collaboration avec la danseuse Anna Massoni. Cette nouvelle création sera présentée en première à l’automne 2016.

Les pièces de Vania Vaneau sont produites principalement sur les plateaux et s’intéressent aux différentes strates physiques et subjectives du corps comme continuité de son environnement. Touchant à l’anthropologie, à la psychologie, aux pratiques somatiques ou encore spirituelles créant un lien entre l’organicité, la mémoire, la théâtralité et la plasticité.

Le travail Jordi Galí est axe sur la relation du geste à l’objet, et se confronte principalement à l’environnement, à l’espace public, avec des propositions performatives et architecturales – parfois monumentales – qui se construisent souvent en direct, sous le regard du spectateur.