Par la mise en place d’une composition architecturale légère – un pavillon éphémère fait de bois et de cordage – le projet Pavillon Fuller propose un dispositif de construction participatif, une expérience sensible du corps dans sa relation à soi et aux autres.

La forme choisie (le pavillon) répond au souhait d’ériger une structure qui invite à la rencontre. Cette construction a vocation à devenir un point de réunion, de repos, de discussion, envers les participants qui, pendant les temps du chantier, collaborent, unissent leurs forces dans un but commun, et par là-même tissent des liens et font connaissance.
Une fois réalisée, la structure et le processus pourront continuer à être partagés car la construction est conservée par le lieu d’accueil si elle le souhaite.

Ce pavillon est baptisé Fuller par un double clin d’œil : le premier est rattaché à Richard Buckminster Fuller, architecte et un des pères fondateurs de la tensegrité (principe appliqué sur la conception du cœur du pavillon) et connu pour ses dômes géodésiques ; et le second à la danseuse et chorégraphe Loïe Fuller et sa danse Serpentine (à la quelle peuvent nous faire penser les aillerons du pavillon).

 

 

Conception Jordi Galí

Avec la complicité de Jérémy Paon

Production Arrangement Provisoire

Développement et diffusion  extrapole

Avec l’aide de la DAAC Académie de Lyon